dormakaba
Actualités & Medias
Actualités & Medias

Prévenir plutôt que guérir grâce à la maintenance prédictive !

ChapôPopularisée par l’avènement de l’Internet industriel, la maintenance prédictive peut faire des miracles dans tous les secteurs d’activité. Le but : prévenir la panne, avant la panne, en se basant sur des observations réelles. Un système parfaitement compatible avec des matériels ultra sollicités tels que les portes automatiques.

« Mieux vaut prévenir, que guérir ». Ce vieil adage, la maintenance prédictive l’a faite sienne. Car en l’occurrence, prévenir la panne avant que celle-ci n’arrive, c’est l’assurance de maîtriser les coûts d’entretien de son matériel. CQFD. D’autant que la maintenance prédictive a ceci de spécifique qu’elle base les éventuelles interventions de maintenance sur l’utilisation réelle de l’équipement, et non sur des moyennes d’utilisation purement statistiques et souvent très éloignées de la réalité. De fait, selon une étude du cabinet McKinsey, la maintenance prédictive permettra aux entreprises d’économiser quelques 630 milliards de dollars d’ici 2025. Pourquoi ? Parce qu’en généralisant la maintenance prédictive, lesdites entreprises réduiront leurs coûts de maintenance de 10 à 40 %, leurs pannes de matériels de moitié, et enfin qu’elles augmenteront sensiblement la durée de vie de leurs équipements et, par voie de conséquence, investiront moins dans de nouvelles machines.


Les équipements ultra solicités se prêtent à la maintenance prédictive.


Si de telles économies ont de quoi donner le vertige, sachez cependant qu’on ne lit pas l’avenir des pannes dans une boule de cristal. Loin s’en faut. Faire de la maintenance prédictive c’est commencer par bien cibler les données à recueillir. Celles qui permettront, à coups sûrs, de prévoir les éventuelles pannes. Car ce type de maintenance repose sur la collecte de données. Or, plus cette donnée est qualifiée, plus elle est gage de qualité. Le but, donc, collecter des données intrinsèques à l’usure, et donc aux pannes éventuelles, d’un équipement. Du sur-mesure, en somme.

Prenons des portes automatiques piétonnes par exemple. Leurs particularités : s’ouvrir et se fermer uniquement lorsque cela est nécessaire pour favoriser les économies d’énergie, servir de portes coupe-feu, limiter les effractions…Lorsque la machine s’emballe, c’est donc tout un écosystème qui peut être mis en péril, d’autant que ces solutions d’ouverture automatique sont généralement ultra sollicitées.

Ainsi, pour éviter que les portes ne s’ouvrent ou se ferment inopinément sur une personne ou un objet, ou qu’elles restent tout simplement bloquées, lesdites portes peuvent être équipés de capteurs. Ces derniers peuvent parfois permettre de relever le nombre de fois où les portes sont actionnées dans la journée, leur vitesse d’ouverture et de fermeture, leur taux d’étanchéité à l’air, voire des bruits suspects. Bref, de quoi les étudier à la loupe et prévoir une panne qui pourrait gêner la facilité et le confort d’accès des personnes à une entreprise, une collectivité ou un lieu public, voire engendrer des risques d’effractions. A la moindre défaillance, le système de maintenance prédictive émet une alerte qui permettra ainsi à la maintenance d’intervenir…avant que la panne ne survienne.


Pour en savoir plus sur les services proposés par domakaba cliquez ici.